GPEC 2017-2019 Baisse constante des effectifs

GPEC 2017-2019 Baisse constante des effectifs

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) a été présentée aux représentants du personnel lors du CCE du 26 janvier 2017. Elle s’inscrit dans une vision à 3 ans. Or, se projeter aussi loin sans connaître le résultat des négociations PNT et PNC est un exercice difficile qui s’apparente, pour l’instant, à tenter de lire dans une boule de cristal.

Les chiffrages présentés intègrent l’hypothèse de création d’une filiale ‘Projet Boost’ qui opèrerait à l’horizon de l’été 2020 avec une flotte de 10 appareils sur le long-courrier et  18 sur le moyen-courrier.  En parallèle, la flotte Air France subirait une réduction de 3 appareils sur le long-courrier et 28 sur le moyen-courrier !

GPEC2017_19

La Direction projette un effectif au sol de 24 283 personnes à fin 2019 pour un besoin de 24 745. La baisse des besoins serait compensée par les départs RDDL (retraites, décès, démissions et licenciements). Des embauches auraient lieu dans certains secteurs comme à la maintenance ou à l’informatique.

Chez nos amis navigants, les chiffres sont contrastés entre des embauches PNT et des suppressions de postes PNC sur les bases d’un projet construit sur la nouvelle compagnie avec des pilotes Air France et des PNC aux conditions ‘boost’ ainsi qu’une meilleure utilisation de la flotte Air France.

 

Logo FO Air France petitNos commentaires :

Personne ne peut préjuger des négociations PNC et PNT en cours. Cependant, elles impacteront la stratégie et la GPEC.

La présentation démontre qu’il y a des besoins supérieurs aux ressources. La Direction a refusé d’entrer dans le détail des chiffres. Nous attendons plus de précisions lorsque le sujet sera abordé dans chaque établissement.

La seule constante reste la baisse des effectifs.

La Direction a confirmé dans l’Accord Triennal de Gestion des Emplois et des Métiers (ATGPEM) la disparition de certains métiers sur lesquels l’entreprise n’embauchera plus. Cependant, nous ne voyons pas arriver de recrutements sur les autres métiers en contact avec les clients, en escale, dans les plateaux CRC et groupes, dans les agences… Ces salariés sont pressurisés. Cela pose sérieusement la question du bien-fondé du dimensionnement retenu par la Direction.

Le sous-effectif est organisé alors que ce ne sont pas des métiers « sensibles ». La sous-traitance érigée comme dogme économique est un danger pour une entreprise de service. Une armée de métier est bien plus fiable qu’une armée de mercenaires. Les PDV successifs ont désorganisé les secteurs.

Les embauches doivent reprendre. La performance opérationnelle est à ce prix.

FO n’a pas signé les derniers accords ATGPEM ou QVT.  Les signataires se plaignent du non-respect des engagements de la Direction.  La CFE-CGC a suspendu sa signature de l’ATGPEM. Cela n’a aucune valeur légale mais conforte notre position.

Alors que les promesses de la Direction tardent à se concrétiser au quotidien, pour FO, le projet « Trust Together » demeure une équation qui comporte encore trop d’inconnues.

Périmètres, produits, marques, flotte, ambition RH… La Direction semble pétrie de bonnes intentions. Force Ouvrière jugera sur les actes.

 

.                                                                                                  Christophe Malloggi

.                                                                                                  Secrétaire Général

téléchargerPDF

Pas de commentaire

laisser un commentaire

Vous devez être Connecté pour laisser un commentaire.